Emmeline Pankhurst

Suffragette, militante du droit de vote 
Grande-Bretagne, 1858 - 1928
« Je préfère être une rebelle qu'une esclave. »


Une enfance et un mariage politiquement engagé

Emmeline Pankhurst naît le 15 juillet 1858 de parents activistes politiques. Lectrice assidue et élève brillante, elle est envoyée en France pour ses études. De retour en Angleterre à ses 20 ans, elle rencontre et épouse Richard Pankhurst, un avocat de 24 ans son aîné, activiste politique en faveur de la réforme de l’éducation et du suffrage féminin. 

Le couple a 5 enfants en 10 ans. Ils décident d’engager une aide à la maison afin qu'Emmeline puisse s’impliquer davantage dans la vie politique. Elle appuie d’abord la campagne parlementaire infructueuse de son mari avant de commencer à s’investir dans l’accession des femmes au droit de vote. 

En 1898 Richard meurt, laissant Emmeline et ses enfants dans un situation précaire. Elle a alors 40 ans et trouve un travail au bureau d'État-Civil de Manchester, dans est un quartier ouvrier. Elle voit de près la misère et prend conscience de la triste condition des petites filles, ce qui l'incite à s’impliquer encore plus activement dans le combat pour l’obtention du droit de vote des femmes.

 

La fondation du Women's Social and Political Union (WSPU)

Après avoir milité au Parti Travailliste puis au Parti Libéral, elle se rend compte que seuls les hommes prennent les décisions. Sa déception l'amène à fonder en 1907 la Women Social and Political Union (WSPU). Celle-ci n’est ouverte qu’aux femmes et à pour slogan : “Des actes, pas des mots”.

Au début, les actions de la WSPU sont pacifiques. Mais le 12 mai 1905, après qu’un projet de loi sur le droit de vote des femmes est été rejeté, Emmeline et ses co-militantes, dont ses filles, manifestent devant le Parlement. Elles prennent alors conscience du pouvoir que les manifestations peuvent leur apporter. Les journaux leur donnent le nom de suffragettes par dérision, elles l'adoptent et le revendiquent..

S'apercevant que c’est à Londres que se fait la politique Emmeline et ses filles décident de s'y installer.


Des actions et une répression de plus en plus violentes

La WSPU réunit 5 000 militantes actives, issues de tous les milieux sociaux ainsi qu'un certain nombre de sympathisants masculins. En peu de temps, le mouvement se radicalise et commence à adopter des tactiques violentes afin d’obtenir des réponses aux revendications : vitrines brisées, propriétés privées incendiées...

Le 500 000 militants et militantes se rassemblent à Hyde Park pour exiger le droit de vote pour les femmes. La riposte policière est violente : agressions sexuelles, emprisonnements... Les suffragettes ajoutent à leurs modes d'action la grève de la faim. Les autorités ripostent en les gavant de force, une méthode barbare et traumatisante.

En tout Emmeline sera sera arrêtée à 7 reprises avant que le suffrage des femmes ne soit autorisé. La radicalisation de la leader des Suffragette lui vaut une réputation d’autocrate et la popularité du WSPU décline peu avant la guerre.


La trêve pendant la Première Guerre mondiale

Au début de la guerre, Emmeline passe un accord avec le Parlement : elle encourage les femmes à joindre l'effort de guerre dans les usines et en échange les conservateurs appuieraient l’accession des femmes au droit de vote à la fin de la guerre.

Grâce à cet accord, en 1918, les femmes de plus de 30 ans obtiennent effectivement le droit de vote. 

Mais ce rapprochement au parti conservateur créé de nombreuses divisions au sein du mouvement. Pankhurst a vu en eux une opportunité de se rapprocher de l’adoption du droit de vote pour les femmes. 

 

La fin du combat

Elle part habiter Toronto de 1922 à 1925. De retour en Angleterre, elle se détache des activités militantes et se concentre sur son engagement politique au sein du parti conservateur. La conservatrice Nancy Astor, la première femme à siéger au Parlement, propose à Emmeline de lui céder sa place, chose qu’elle refuse. Elle meurt en 1928, un mois avant que le droit de vote soit accordé aux femmes de plus de 21 ans.

 

👉 Une icône controversée : énergique, engagée et radicale, Emmeline Pankhurst a attaqué et adopté différentes idées politiques afin d’atteindre ses objectifs vis-à-vis du suffrage féminin. Ce sont des méthodes et recours masculins qui ont permis au final d’attirer l’attention sur les revendications des femmes. En attaquant le système via le langage patriarcal, elle n'a pas échappé aux pièges de ce dernier. 

Bien que son rôle dans l’obtention du droit de vote des femmes ne fasse aucun doute, il est important de noter que le mouvement créé par Emmeline Pankhurst n’était pas du tout intersectionnel (situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de stratification, domination ou de discrimination dans une société). En effet, le mouvement des suffragettes était porté par des femmes blanches pour des femmes blanches. Dans une société où le racisme prédominait, l'idéologie du WSPU ne faisait pas exception et leurs membres ont parfois eu recours à des idéologies racistes, suprémacistes voire impérialistes pour servir leur cause.

 

 
3
©regardsdetoi